Lancement des fouilles de la porte sud du kiosque de Taharqa à Karnak

Après avoir été plusieurs fois repoussée à cause de la pandémie mondiale, nous avons pu débuter, ce dimanche 13 juin, l’opération archéologique autour de la porte sud du kiosque de Taharqa. Parallèlement au travail épigraphique toujours en cours, ce chantier s’inscrit dans le cadre de l’étude et de la publication du monument pour le projet sur les colonnades kouchites à Karnak (soutenu par le CFEETK et le LabEx Archimede).

Le kiosque de Taharqa dans la 1re cour du temple de Karnak (© CNRS-CFEETK/E. Saubestre).

Les travaux sont menés sous la direction de Jérémy Hourdin (égyptologue, CNRS-CFEETK) avec la collaboration de Matthieu Vanpeene (architecte-archéologue, CNRS-CFEETK) et de Mahmoud Mohamed Saad (inspecteur du MoTA) ainsi que d’une équipe d’ouvriers menée par Awad Abd El-Radi Mohamed (CFEETK/MoTA).

Cette mission de terrain a pour objectif principal le dégagement des fondations de la porte afin de documenter et photographier les blocs de Taharqa qui y sont remployés. Un sondage sera également réalisé dans une zone qui n’avait pas été fouillée par J. Lauffray en 19691 afin de préciser le contexte archéologique du kiosque.

En effet, comme cela avait déjà été proposé par J. Lauffray2, R. Sa’ad et Cl. Traunecker3, la porte méridionale du kiosque semble avoir été démontée puis reconstruite à l’époque ptolémaïque, sans doute sous le règne de Ptolémée IV Philopator4. Il apparaît que celle-ci a été reconstruite en remployant de très nombreux blocs qui appartenaient vraisemblablement, en grande partie au moins, à la porte antérieure de Taharqa.

Les trois premières journées de travail ont permis de dégager une grande partie des fondations du montant oriental de la porte et de mettre au jour au moins 10 blocs décorés, tous de style kouchite, dont certains conservent les restes des couleurs originales du monument de Taharqa.

Cette opération permettra également de confronter voire de compléter les observations architecturales de J. Lauffray grâce à l’étude des structures en place, réalisée par M. Vanpeene, notamment les fondations, les jonctions entre les parties kouchites et celles de la porte reconstruite sous Ptolémée IV. Laura Bontemps, restauratrice-conservatrice et doctorante (AGORA EA 7392, MAP-MAACC UMR 3495 CNRS/MCC), collabore également au projet pour l’étude des restaurations antiques de l’édifice. La couverture photographique des travaux est assurée par Émilie Saubestre (CFEETK-CNRS) et Karima Dowi Abd Al-Radi (CFEETK-MoTA).


Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Lancement des fouilles de la porte sud du kiosque de Taharqa à Karnak", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 15/06/2021, https://karnak25.hypotheses.org/97.

  1. J. Lauffray, « La colonnade-propylée occidentale de Karnak dite “Kiosque de Taharqa” et ses abords. Rapport provisoire des fouilles de 1969 et commentaire architectural », Kêmi 20 (= Cahiers de Karnak 3), 1970, p. 111-164. []
  2. J. Lauffray, op. cit., Kêmi 20 (= Cahiers de Karnak 3), 1970, p. 145. []
  3. R. Sa’ad, Cl. Traunecker, « Textes et reliefs mis au jour dans la grande cour du temple de Karnak (1969) », Kêmi 20 (= Cahiers de Karnak 3), 1970, p. 180-182. []
  4. Pour l’étude et la publication des éléments ptolémaïques du kiosque de Taharqa, cf. M. Minas-Nerpel, R. Preys, The Kiosk of Taharqa, Vol. II, The Ptolemaic Decoration, TravCFEETK, BiGen [à paraître]. []

Un aperçu du travail épigraphique dans le kiosque de Taharqa à Karnak

Kiosque de Taharqa - temple de Karnak - relevés épigraphiques

Dans le cadre du projet d’étude des colonnades kouchites de Karnak, la publication à venir du kiosque de Taharqa nécessite la réalisation des fac-similés des reliefs de Taharqa encore conservés de nos jours. Bien que cet édifice soit bien connu des visiteurs à Karnak, avec en particulier sa dernière colonne intacte s’élevant encore à près de 20 mètres de hauteur, aucune publication scientifique complète n’est encore disponible.

Dans cette perspective, plusieurs formations sont proposées grâce au soutien du LabEx Archimede. Ces derniers mois, Warda Elnagar, céramologue égyptienne (MoTA), avait ainsi rejoint le projet afin de compléter sa formation au dessin épigraphique et aux outils informatiques associés, avec l’aide de Florie Pirou, dessinatrice au CFEETK (CNRS). Pendant la durée de son stage, elle a pu participer activement à la réalisation des fac-similés des reliefs des portes ouest et nord du kiosque de Taharqa.

Warda Elnagar et Florie Pirou (photos © CNRS-CFEETK/H. Canaud)

Les dessins sont exécutés dans un premier temps à partir d’orthophotographies prises précédemment par les équipes du CFEETK. Les décors sont vectorisés à l’aide du logiciel Adobe Illustrator. La seconde étape essentielle du travail se déroule in situ, devant les parois du monument afin de vérifier, corriger ou compléter les relevés précédemment réalisés. Malgré la qualité des orthophotographies numériques modernes, de nombreux détails ne peuvent être pleinement observés que directement sur la paroi avant d’être reportés sur les fac-similés. En effet, certaines parties des reliefs sont particulièrement abimées, près de 2700 années après la construction de cet imposant édifice. De même, suite à leur dégagement, les parties basses du kiosque sont particulièrement endommagées car elles ont été submergées lors d’inondations jusqu’à la construction du grand barrage d’Assouan. Un éclairage différent peut ainsi faire apparaître des détails du relief jusqu’alors insoupçonnés ou qu’on pensait trop érodés. Cette étape de vérification sur le terrain est répétée autant de fois que nécessaire afin d’élaborer les fac-similés les plus fidèles possibles à la décoration originale du kiosque.

Kiosque de Taharqa - porte nord
Scène d’union du Double-Pays sur le montant ouest de la porte nord du kiosque de Taharqa – dessin non définitif (photo © CNNRS-CFEETK/Nusair A., Quentinet C., Saubestre E. — dessin © W. Elnagar, Fl. Pirou)

Le travail de relevé de la porte principale occidentale du monument a permis d’apprécier les différences dans la décoration des soubassements représentant des processions de dieux Nil apportant des offrandes. Comme nous l’avions observé avec René Preys (UnNamur) et Martina Minas-Nerpel (Univ. Trier), en charge de l’étude de la décoration ptolémaïque du kiosque1, on peut noter deux, voire trois phases différentes de décoration successives sur cette seule porte. La plus ancienne date évidemment du règne de Taharqa (côté ouest) et une autre est contemporaine ou postérieure au remaniement architectural de cette porte (côté est)2. Un relevé précis de ces reliefs et leur étude permettront de préciser la chronologie.

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Un aperçu du travail épigraphique dans le kiosque de Taharqa à Karnak", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 11/04/2021, https://karnak25.hypotheses.org/67.
  1. Cette étude concerne en premier lieu les murets d’entrecolonnement ornés d’une procession géographique de Ptolémée IV Philopator. Le manuscrit est en cours de finalisation et sera publié aux presses de l’IFAO, coll. TravCFEETK. []
  2. Sur ce point, voir J. Lauffray, « La colonnade-propylée occidentale de Karnak dite « Kiosque de Taharqa » et ses abords. Rapport provisoire des fouilles de 1969 et commentaire architectural », Kêmi 20 (= Karnak 3), 1970, p. 114 et 151. Sur la décoration et la datation des travaux de la porte ouest, voir J. Hourdin, « The Kushite Kiosks of Karnak and Luxor: A Cross-over Study », dans E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC: Art and Archaeology of the Kushite Period and Beyond, GHP Egyptology 27, Londres, 2018, p. 257-258. []

Publication : “Study of Kushite architectural programmes: the Taharqa’s columned porches at Thebes”

Fin 2020, la synthèse de mon étude consacrée aux colonnades propylées de Taharqa à Thèbes, réalisée au cours de mon doctorat, est parue dans les actes du CECE 8 (8th European Conference of Egyptologists, Lisbonne, 26 juin – 1er juillet 2017).

J. HOURDIN , « Study of Kushite architectural programmes: the Taharqa’s columned porches at Thebes », dans M.H. Trindade Lopes, J. Popielska-Grzybowska, J. Iwaszczuk, R.G. Gurgel Pereira (éds.), Ancient Egypt 2017, Perspectives of Research, Travaux de l’Institut des cultures méditerranéennes et orientales de l’Académie polonaise des sciences 6, 2020, p. 77-84.

Résumé (en anglais) :

This paper focuses on the study of the Taharqa’s columned porches built in front of Theban temples, in particular the colonnades of the Karnak eastern temple and Montu temple at North Karnak. The decoration of their intercolumnar screen walls can be decomposed mainly in two successive phases: the royal introductory rites following by the coronation rites. The decorative programme stages the crowning of the Kushite king within an accessible area of sacred precincts by people. It could be possible to see also the porches of Taharqa as a monumentalisation of the ancestral shrines of Upper and Lower Egypt.

Lien: https://karnak25.hypotheses.org/files/2021/01/HOURDIN-Ancient_Egypt_2017-first_page.pdf

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Publication : “Study of Kushite architectural programmes: the Taharqa’s columned porches at Thebes”", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 13/01/2021, https://karnak25.hypotheses.org/52.

Lancement du carnet “Karnak, un domaine kouchite en Égypte”

Ce carnet de recherche est destiné à présenter les projets d’étude sur l’évolution des temples et des cultes à Karnak au cours de la 25e dynastie (~712-656 av. n.è.). Il permettra de suivre la progression ainsi que les résultats des travaux récents.

Le premier projet, intitulé « étude des colonnades kouchites à Karnak », est soutenu par le CFEETK et le LabEx ARCHIMEDE (au titre du programme « Investir L’Avenir » ANR-11-LABX-0032-01). Il vise à étudier et publier un ensemble ciblé de monuments du roi Taharqa : le grand kiosque de la première cour, la colonnade-propylée érigée à l’avant du temple oriental et les monuments à colonnes édifiés autour du temple de Khonsou.

Le second, également inscrit dans les programmes du CFEETK, est consacré à l’étude égyptologique et architecturale de l’édifice de Taharqa, situé au nord du Lac Sacré de Karnak, dont plusieurs centaines de blocs épars permettront de restituer partiellement les parties détruites au IV siècle ap. n.è.

Outre les deux projets susmentionnés dirigés par J. Hourdin (IR CNRS, CFEETK), ce carnet sera également ouvert aux spécialistes menant des travaux sur Thèbes et ses temples à la 25e dynastie et qui souhaiteraient y présenter leurs études.

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Lancement du carnet “Karnak, un domaine kouchite en Égypte”", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 17/12/2020, https://karnak25.hypotheses.org/1.