Publication de l’article « Enquête sur des colonnes de Taharqa à Karnak », et nouveau projet de restauration

Restauration colonnes Taharqa Karnak - ©CNRS-CFEETK/A. Rubi

Publication du portique de Taharqa consacré à Khonsou et Amon-Rê

C’est avec plaisir que je peux partager, sur ce carnet, la publication du premier article en lien avec le projet d’étude des colonnades de Taharqa que je mène à Karnak (avec le soutien du CFEETK, SCA/MoTA-CNRS, et du LabEx ARCHIMEDE). En juin 2020, nous avions réalisé le relevé photographique et épigraphique d’un ensemble de fûts de colonnes appartenant probablement à un portique de Taharqa construit originellement aux alentours du temple de Khonsu. Les blocs avaient été retrouvés lors des travaux de dégagement de la cour du 10e pylône dans les années 1920. Les résultats de l’étude sont désormais publiés dans l’ouvrage Of Gods and Men. Research on the Egyptian Temple from the New Kingdom to the Graeco-Roman Period (Monografías de Oriente Antiguo 2, Universidad de Alcalá, 2022) édité par Abraham I. Fernández Pichel. Je tiens à remercier Abraham de m’avoir proposé de participer à cet ouvrage.

Voici ci-dessous un aperçu de l’article intitulé « Enquête sur des colonnes de Taharqa à Karnak » (p. 105-137) précédé par le sommaire de l’ouvrage :

Suite à un problème ayant affecté le rendu et la lisibilité des fac-similés (version papier et ebook), je propose également au téléchargement la version originale des relevés épigraphiques des scènes de Taharqa :

Restauration des colonnes de Taharqa

Le travail ne s’est pas arrêté à cet article. En effet, avec l’aide précieuse de l’équipe de restauration du CFEETK dirigée par A. Oboussier, un projet de restauration-conservation a été initié pour sauvegarder les blocs des colonnes de Taharqa qui malheureusement étaient en très mauvais état. Depuis fin 2021, ils ont procédé à de longues opérations pour les consolider et fixer les fragments détachés. Cette opération a également permis de repérer quelques traces de polychromies qui donneront de nouvelles indications sur l’apparence initiale de ce monument.

À la suite de cette restauration, un nouveau projet de reconstruction partielle de ces deux colonnes, dans le musée en plein air du site de Karnak, a été proposé aux autorités locales. Nous espérons que, prochainement, les visiteurs pourront ainsi découvrir cet édifice kouchite. En attendant, le remontage virtuel de ces colonnes (réalisé par E. Saubestre et A. Nusair) reste accessible en ligne.


Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Publication de l’article « Enquête sur des colonnes de Taharqa à Karnak », et nouveau projet de restauration", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 16/06/2022, https://karnak25.hypotheses.org/256.

Un aperçu du travail épigraphique dans le kiosque de Taharqa à Karnak

Kiosque de Taharqa - temple de Karnak - relevés épigraphiques

Dans le cadre du projet d’étude des colonnades kouchites de Karnak, la publication à venir du kiosque de Taharqa nécessite la réalisation des fac-similés des reliefs de Taharqa encore conservés de nos jours. Bien que cet édifice soit bien connu des visiteurs à Karnak, avec en particulier sa dernière colonne intacte s’élevant encore à près de 20 mètres de hauteur, aucune publication scientifique complète n’est encore disponible.

Dans cette perspective, plusieurs formations sont proposées grâce au soutien du LabEx Archimede. Ces derniers mois, Warda Elnagar, céramologue égyptienne (MoTA), avait ainsi rejoint le projet afin de compléter sa formation au dessin épigraphique et aux outils informatiques associés, avec l’aide de Florie Pirou, dessinatrice au CFEETK (CNRS). Pendant la durée de son stage, elle a pu participer activement à la réalisation des fac-similés des reliefs des portes ouest et nord du kiosque de Taharqa.

Warda Elnagar et Florie Pirou (photos © CNRS-CFEETK/H. Canaud)

Les dessins sont exécutés dans un premier temps à partir d’orthophotographies prises précédemment par les équipes du CFEETK. Les décors sont vectorisés à l’aide du logiciel Adobe Illustrator. La seconde étape essentielle du travail se déroule in situ, devant les parois du monument afin de vérifier, corriger ou compléter les relevés précédemment réalisés. Malgré la qualité des orthophotographies numériques modernes, de nombreux détails ne peuvent être pleinement observés que directement sur la paroi avant d’être reportés sur les fac-similés. En effet, certaines parties des reliefs sont particulièrement abimées, près de 2700 années après la construction de cet imposant édifice. De même, suite à leur dégagement, les parties basses du kiosque sont particulièrement endommagées car elles ont été submergées lors d’inondations jusqu’à la construction du grand barrage d’Assouan. Un éclairage différent peut ainsi faire apparaître des détails du relief jusqu’alors insoupçonnés ou qu’on pensait trop érodés. Cette étape de vérification sur le terrain est répétée autant de fois que nécessaire afin d’élaborer les fac-similés les plus fidèles possibles à la décoration originale du kiosque.

Kiosque de Taharqa - porte nord
Scène d’union du Double-Pays sur le montant ouest de la porte nord du kiosque de Taharqa – dessin non définitif (photo © CNNRS-CFEETK/Nusair A., Quentinet C., Saubestre E. — dessin © W. Elnagar, Fl. Pirou)

Le travail de relevé de la porte principale occidentale du monument a permis d’apprécier les différences dans la décoration des soubassements représentant des processions de dieux Nil apportant des offrandes. Comme nous l’avions observé avec René Preys (UnNamur) et Martina Minas-Nerpel (Univ. Trier), en charge de l’étude de la décoration ptolémaïque du kiosque1, on peut noter deux, voire trois phases différentes de décoration successives sur cette seule porte. La plus ancienne date évidemment du règne de Taharqa (côté ouest) et une autre est contemporaine ou postérieure au remaniement architectural de cette porte (côté est)2. Un relevé précis de ces reliefs et leur étude permettront de préciser la chronologie.

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Un aperçu du travail épigraphique dans le kiosque de Taharqa à Karnak", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 11/04/2021, https://karnak25.hypotheses.org/67.
  1. Cette étude concerne en premier lieu les murets d’entrecolonnement ornés d’une procession géographique de Ptolémée IV Philopator. Le manuscrit est en cours de finalisation et sera publié aux presses de l’IFAO, coll. TravCFEETK. []
  2. Sur ce point, voir J. Lauffray, « La colonnade-propylée occidentale de Karnak dite « Kiosque de Taharqa » et ses abords. Rapport provisoire des fouilles de 1969 et commentaire architectural », Kêmi 20 (= Karnak 3), 1970, p. 114 et 151. Sur la décoration et la datation des travaux de la porte ouest, voir J. Hourdin, « The Kushite Kiosks of Karnak and Luxor: A Cross-over Study », dans E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC: Art and Archaeology of the Kushite Period and Beyond, GHP Egyptology 27, Londres, 2018, p. 257-258. []