Publication de l’article « Enquête sur des colonnes de Taharqa à Karnak », et nouveau projet de restauration

Restauration colonnes Taharqa Karnak - ©CNRS-CFEETK/A. Rubi

Publication du portique de Taharqa consacré à Khonsou et Amon-Rê

C’est avec plaisir que je peux partager, sur ce carnet, la publication du premier article en lien avec le projet d’étude des colonnades de Taharqa que je mène à Karnak (avec le soutien du CFEETK, SCA/MoTA-CNRS, et du LabEx ARCHIMEDE). En juin 2020, nous avions réalisé le relevé photographique et épigraphique d’un ensemble de fûts de colonnes appartenant probablement à un portique de Taharqa construit originellement aux alentours du temple de Khonsu. Les blocs avaient été retrouvés lors des travaux de dégagement de la cour du 10e pylône dans les années 1920. Les résultats de l’étude sont désormais publiés dans l’ouvrage Of Gods and Men. Research on the Egyptian Temple from the New Kingdom to the Graeco-Roman Period (Monografías de Oriente Antiguo 2, Universidad de Alcalá, 2022) édité par Abraham I. Fernández Pichel. Je tiens à remercier Abraham de m’avoir proposé de participer à cet ouvrage.

Voici ci-dessous un aperçu de l’article intitulé « Enquête sur des colonnes de Taharqa à Karnak » (p. 105-137) précédé par le sommaire de l’ouvrage :

Suite à un problème ayant affecté le rendu et la lisibilité des fac-similés (version papier et ebook), je propose également au téléchargement la version originale des relevés épigraphiques des scènes de Taharqa :

Restauration des colonnes de Taharqa

Le travail ne s’est pas arrêté à cet article. En effet, avec l’aide précieuse de l’équipe de restauration du CFEETK dirigée par A. Oboussier, un projet de restauration-conservation a été initié pour sauvegarder les blocs des colonnes de Taharqa qui malheureusement étaient en très mauvais état. Depuis fin 2021, ils ont procédé à de longues opérations pour les consolider et fixer les fragments détachés. Cette opération a également permis de repérer quelques traces de polychromies qui donneront de nouvelles indications sur l’apparence initiale de ce monument.

À la suite de cette restauration, un nouveau projet de reconstruction partielle de ces deux colonnes, dans le musée en plein air du site de Karnak, a été proposé aux autorités locales. Nous espérons que, prochainement, les visiteurs pourront ainsi découvrir cet édifice kouchite. En attendant, le remontage virtuel de ces colonnes (réalisé par E. Saubestre et A. Nusair) reste accessible en ligne.


Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Publication de l’article « Enquête sur des colonnes de Taharqa à Karnak », et nouveau projet de restauration", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 16/06/2022, https://karnak25.hypotheses.org/256.

Retour sur la première campagne de fouille de la colonnade orientale de Taharqa à Karnak (février-mars 2022)

Fouilles CFEETK/LabEx ARCHIMEDE — Colonnade orientale de Taharqa — Jérémy Hourdin
Fouilles CFEETK/LabEx ARCHIMEDE — Colonnade orientale de Taharqa — Jérémy Hourdin
Le parvis du temple oriental de Karnak et la colonnade de Taharqa (©CNRS-CFEETK/J. Hourdin).

Entre février et mars 2022, s’est déroulée la première campagne de fouilles de la colonnade orientale de Taharqa à Karnak (Opération 196 du CFEETK – OP196). Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre du projet d’étude des colonnades kouchites à Karnak, bénéficie du soutien du CFEETK (MoTA/UAR 3172 du CNRS) ainsi que du LabEx ARCHIMEDE1. Cet édifice du principal pharaon de la 25e dynastie fut construit contre le pylône du temple oriental de Ramsès II, c’est-à-dire sur le parvis de ce sanctuaire fermé à l’est par la grande enceinte et la porte monumentale de Nectanébo Ier. Cette colonnade dite « propylée », formée par quatre rangées de cinq colonnes, est l’exemple le mieux conservé de ce type de construction caractéristique de la période kouchite. Les autres furent érigées à l’avant du temple de Khonsou à Karnak (presque entièrement détruite), devant le temple de Karnak-Nord (démantelée à l’époque ptolémaïque) et devant le temple de Mout à Karnak-Sud (fortement remanié sous les Ptolémées). La colonnade orientale constitue ainsi un cas d’étude intéressant dans un secteur archéologique qui est resté jusqu’à présent peu exploré. En outre, les murets d’entrecolonnement développent un programme décoratif axé sur la mise en scène du pouvoir de Taharqa, fils d’Amon, à travers le rituel de couronnement.

Initialement programmée en 2021 mais repoussée à cause de la pandémie, cette mission avait deux objectifs principaux. Nous souhaitions tout d’abord obtenir de premières informations archéologiques afin de mieux comprendre l’espace où se dresse l’édifice kouchite. De plus, nous voulions réunir de nouvelles données sur le processus de construction afin de répondre, entre autres, à la problématique de l’accessibilité du monument. Actuellement, les trois travées de la colonnade sont ouvertes vers l’est et l’extérieur, sans délimitation structurelle, alors que des portes sont attestées pour les parallèles des temples de Khonsou et de Karnak-Nord.

Pour répondre à ces objectifs, la mission de 2022 comprenait tout d’abord un volet archéologique. La fouille a été menée en collaboration avec Yasmine Bourhim (archéologue, LabEx ARCHIMEDE) qui a effectué deux sondages2 : le premier, immédiatement à l’est de la colonnade, contre les travées centrale et sud, et le second, plus limité, entre les colonnes 6 et 7. La fouille entreprise a tout d’abord apporté un ensemble intéressant de données concernant les occupations antérieures sur le parvis du temple oriental de Ramsès II. Malgré la présence voisine de ce sanctuaire et des témoignages épigraphiques contemporains déjà connus3, un fragment de statue en granodiorite constitue le seul élément découvert qui témoignerait de cette époque ramesside4. Outre des niveaux de la 18e dynastie, dont il conviendra de préciser la nature et le contexte, les travaux ont mis au jour une série de structures en briques crues qui, d’après les premières analyses céramologiques5, datent du tout début du Moyen Empire. Enfin, les deux sondages ont permis d’examiner plus précisément les fondations des colonnes 6 et 7 de l’édifice kouchite qui s’avèrent être distinctes l’une de l’autre. L’ensemble des données devront être confrontées et complétées lors des prochaines campagnes de fouilles, à partir de 2023.

Le second volet de la mission concernait la documentation des blocs épars provenant de la colonnade et conservés à proximité. Il s’agit essentiellement de fragments des parties supérieures des colonnes de Taharqa, avec notamment un très grand nombre d’éléments appartenant aux chapiteaux. En effet, seules deux colonnes complètes se dressent encore dans le monument après leur reconstruction par Henri Chevrier en 19526. Les parties inférieures des 18 autres sont quant à elles encore en place. On signalera tout de même un nouveau fragment appartenant à un muret d’entrecolonnement jointif avec un bloc épars déjà publié par Jean Leclant en 19537. L’ensemble de cette documentation sera intégré dans une nouvelle publication de la colonnade propylée de Taharqa qui complétera celle précédemment proposée par J. Leclant. Elle intégrera une couverture photographique complète des murets et des colonnes, ainsi que de l’ensemble des blocs épars.

La première campagne de fouilles menée sur le parvis du temple oriental de Karnak a ainsi confirmé le potentiel archéologique de cette zone. Actuellement, si aucune nouvelle donnée ne nous a renseigné sur la question de l’accessibilité et de la fermeture de la colonnade de Taharqa, les travaux ont mis en lumière certains éléments concernant le processus même de construction de l’édifice. Enfin, l’identification de structures du Moyen Empire amène à aborder une nouvelle problématique concernant l’évolution de l’occupation de cet espace destiné à devenir l’extension orientale du domaine d’Amon, au moins à partir du Nouvel Empire. Si cette question ne concerne pas directement les études sur la 25e dynastie que je mène à Karnak, elle sera intégrée aux perspectives de recherche du CFEETK qui fouille actuellement un secteur « artisanal » plus au sud daté de la même période (OP189).

Fouilles CFEETK/LabEx ARCHIMEDE — Colonnade orientale de Taharqa — ©Eugénie Poquet
L’équipe de la saison 2022 (©Eugénie Poquet).

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Retour sur la première campagne de fouille de la colonnade orientale de Taharqa à Karnak (février-mars 2022)", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 06/06/2022, https://karnak25.hypotheses.org/169.

  1. Ce travail a bénéficié du soutien du LabEx ARCHIMEDE au titre du programme “Investir L’Avenir” ANR-11-LABX-0032-01 (https://archimede.cnrs.fr/index.php). []
  2. L’équipe archéologique était composée de huit ouvriers dirigés par le raïs Awad Abd el-Radi ; Hildegarde Lipatz (stagiaire CFEETK/LabEx ARCHIMEDE – Univ Paris IV Sorbonne) ; Abd El-Ghany Ahmed Mohamed Ebeid et Karima Gamal Mordada (inspecteurs du MoTA). Mes remerciements vont également à l’ensemble des membres du CFEETK ayant apporté leur aide à ce chantier. []
  3. Pour le temple oriental de Ramsès II et les travaux du grand-prêtre Bakenkhonsou, voir notamment L. Gallet, « Karnak, the Temple of Amun-Ra-Who-Hears-Prayers », dans W. Wendrich (éd.), UCLA Encyclopedia of Egyptology, Los Angeles, 2013, p. 1-13 []
  4. Ce fragment d’une base de statue fera l’objet d’une publication dans un rapport ultérieur. []
  5. L’étude a été réalisée par Sylvie Marchand (IFAO-CFEETK), avec le soutien de Florie Pirou (CNRS-CFEETK). Le matériel céramologique lié à ces structures est ainsi daté de la fin 11e dynastie (notamment US196020). []
  6. H. Chevrier, « Rapport sur les travaux de Karnak, 1951-1952 », ASAE 52, 1952, p. 237-240, pl. VI, IX. []
  7. Cf. J. Leclant, « La colonnade éthiopienne à l’Est de la grande enceinte d’Amon à Karnak », BIFAO 53, 1953, p. 113-172. []

Réassemblage virtuel de deux colonnes de Taharqa à Karnak

Dans le cadre du projet d’étude des colonnades kouchites à Karnak (soutenu par le CFEETK et le LabEx ARCHIMEDE1), le relevé photographique d’un ensemble de tambours de colonnes, en partie fragmentaires, a été réalisé en juin 2020 par Emilie Saubestre (CFEETK-CNRS)2. Ces blocs en grès furent découverts par Maurice Pillet dans la cour du 10e pylône en 1922 : “quelques tambours de colonnes qui gis[ai]ent renversés dans la partie ouest de la cour (…) port[ai]ent des figures d’Amon, d’Horus et d’un roi dont les cartouches [étaient] totalement effacés »3.

Relevé photographique des fragments de colonnes de Taharqa par E. Saubestre (© CNRS-CFEETK/J. Hourdin, juin 2020).

En dehors de quelques mentions ponctuelles et d’une étude préliminaire menée par Françoise Laroche-Traunecker entre 1978 et 19794, ces fragments de colonnes kouchites étaient restés inédits. Ils sont les derniers témoins d’un portique érigé probablement à proximité du temple de Khonsou à Karnak mais détruit de longue date. Les dieu Khonsou (et non Horus selon M. Pillet) et Amon-Rê sont représentés sur chacune des colonnes face à Taharqa dont l’identité est assurée par la lecture de quelques traces dans les cartouches martelés. Le relevé épigraphique de ces blocs et leur étude a fait l’objet d’un article qui sera prochainement publié dans un ouvrage édité par Abraham I. Fernandez Pichel5.

Voir la vidéo sur Nakala : https://nakala.fr/10.34847/nkl.b3d50q3c

Parallèlement, E. Saubestre, avec l’aide d’Abdulrhman Nusair, a poursuivi son travail et réalisé un modèle 3D de chacun des éléments photographiés6. Ces modélisations ont permis une reconstitution virtuelle des deux colonnes étudiées que nous avons souhaité partager sur cette plateforme (voir lien ci-dessus). Cette modélisation a pour but d’aider le travail de restauration de l’ensemble des blocs qui sera mené prochainement par le CFEETK. Ceci est une étape indispensable avant un projet d’anastylose des deux colonnes qui permettra de sauvegarder et de valoriser cet édifice de Taharqa à Karnak.

L'équipe du CFEETK pour le relevé photographique des colonnes de Taharqa à Karnak
E. Saubestre et l’équipe d’A. Abd el-Radi (© CNRS-CFEETK/J. Hourdin, juin 2020).

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Réassemblage virtuel de deux colonnes de Taharqa à Karnak", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 14/11/2021, https://karnak25.hypotheses.org/130.

  1. LabEx ARCHIMEDE, programme “Investir L’Avenir” ANR-11-LABX-0032-01. []
  2. E. Saubestre était également accompagnée par l’équipe du raïs Awad Abd El-Radi Mohamed. Je tiens à les remercier pour leur travail en ce mois de juin très chaud et pendant le contexte difficile de la pandémie mondiale de la Covid-19. []
  3. M. Pillet, “Rapport sur les travaux de Karnak (1922-1923)”, ASAE 23, p. 124. []
  4. Mes remerciements s’adressent également à Fr. Laroche-Traunecker pour l’ensemble de la documentation issue de ses travaux qu’elle a partagée avec le CFEETK. Concernant son étude sur les colonnes de la 25e dynastie à Karnak, voir Fr. Laroche-Traunecker, “Les colonnades éthiopiennes de Karnak : relevés inédits à partager”, Cahiers de Karnak 16, 2017, p. 289-295. []
  5. J. Hourdin, « Enquête sur des colonnes de Taharqa à Karnak » dans A.I. Fernández Pichel (éd.), Of Gods and Men. Research on Egyptian Temple from the New Kingdom to the Greco-Roman PeriodMonografías de Oriente Antiguo, Alcalá de Henares (à paraître). []
  6. Modèles réalisés à l’aide des logiciels Agisoft Metashape et Autodesk 3ds Max. []

Lancement des fouilles de la porte sud du kiosque de Taharqa à Karnak

Après avoir été plusieurs fois repoussée à cause de la pandémie mondiale, nous avons pu débuter, ce dimanche 13 juin, l’opération archéologique autour de la porte sud du kiosque de Taharqa. Parallèlement au travail épigraphique toujours en cours, ce chantier s’inscrit dans le cadre de l’étude et de la publication du monument pour le projet sur les colonnades kouchites à Karnak (soutenu par le CFEETK et le LabEx Archimede).

Le kiosque de Taharqa dans la 1re cour du temple de Karnak (© CNRS-CFEETK/E. Saubestre).

Les travaux sont menés sous la direction de Jérémy Hourdin (égyptologue, CNRS-CFEETK) avec la collaboration de Matthieu Vanpeene (architecte-archéologue, CNRS-CFEETK) et de Mahmoud Mohamed Saad (inspecteur du MoTA) ainsi que d’une équipe d’ouvriers menée par Awad Abd El-Radi Mohamed (CFEETK/MoTA).

Cette mission de terrain a pour objectif principal le dégagement des fondations de la porte afin de documenter et photographier les blocs de Taharqa qui y sont remployés. Un sondage sera également réalisé dans une zone qui n’avait pas été fouillée par J. Lauffray en 19691 afin de préciser le contexte archéologique du kiosque.

En effet, comme cela avait déjà été proposé par J. Lauffray2, R. Sa’ad et Cl. Traunecker3, la porte méridionale du kiosque semble avoir été démontée puis reconstruite à l’époque ptolémaïque, sans doute sous le règne de Ptolémée IV Philopator4. Il apparaît que celle-ci a été reconstruite en remployant de très nombreux blocs qui appartenaient vraisemblablement, en grande partie au moins, à la porte antérieure de Taharqa.

Les trois premières journées de travail ont permis de dégager une grande partie des fondations du montant oriental de la porte et de mettre au jour au moins 10 blocs décorés, tous de style kouchite, dont certains conservent les restes des couleurs originales du monument de Taharqa.

Cette opération permettra également de confronter voire de compléter les observations architecturales de J. Lauffray grâce à l’étude des structures en place, réalisée par M. Vanpeene, notamment les fondations, les jonctions entre les parties kouchites et celles de la porte reconstruite sous Ptolémée IV. Laura Bontemps, restauratrice-conservatrice et doctorante (AGORA EA 7392, MAP-MAACC UMR 3495 CNRS/MCC), collabore également au projet pour l’étude des restaurations antiques de l’édifice. La couverture photographique des travaux est assurée par Émilie Saubestre (CFEETK-CNRS) et Karima Dowi Abd Al-Radi (CFEETK-MoTA).


Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Lancement des fouilles de la porte sud du kiosque de Taharqa à Karnak", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 15/06/2021, https://karnak25.hypotheses.org/97.

  1. J. Lauffray, « La colonnade-propylée occidentale de Karnak dite “Kiosque de Taharqa” et ses abords. Rapport provisoire des fouilles de 1969 et commentaire architectural », Kêmi 20 (= Cahiers de Karnak 3), 1970, p. 111-164. []
  2. J. Lauffray, op. cit., Kêmi 20 (= Cahiers de Karnak 3), 1970, p. 145. []
  3. R. Sa’ad, Cl. Traunecker, « Textes et reliefs mis au jour dans la grande cour du temple de Karnak (1969) », Kêmi 20 (= Cahiers de Karnak 3), 1970, p. 180-182. []
  4. Pour l’étude et la publication des éléments ptolémaïques du kiosque de Taharqa, cf. M. Minas-Nerpel, R. Preys, The Kiosk of Taharqa, Vol. II, The Ptolemaic Decoration, TravCFEETK, BiGen [à paraître]. []

Un aperçu du travail épigraphique dans le kiosque de Taharqa à Karnak

Kiosque de Taharqa - temple de Karnak - relevés épigraphiques

Dans le cadre du projet d’étude des colonnades kouchites de Karnak, la publication à venir du kiosque de Taharqa nécessite la réalisation des fac-similés des reliefs de Taharqa encore conservés de nos jours. Bien que cet édifice soit bien connu des visiteurs à Karnak, avec en particulier sa dernière colonne intacte s’élevant encore à près de 20 mètres de hauteur, aucune publication scientifique complète n’est encore disponible.

Dans cette perspective, plusieurs formations sont proposées grâce au soutien du LabEx Archimede. Ces derniers mois, Warda Elnagar, céramologue égyptienne (MoTA), avait ainsi rejoint le projet afin de compléter sa formation au dessin épigraphique et aux outils informatiques associés, avec l’aide de Florie Pirou, dessinatrice au CFEETK (CNRS). Pendant la durée de son stage, elle a pu participer activement à la réalisation des fac-similés des reliefs des portes ouest et nord du kiosque de Taharqa.

Warda Elnagar et Florie Pirou (photos © CNRS-CFEETK/H. Canaud)

Les dessins sont exécutés dans un premier temps à partir d’orthophotographies prises précédemment par les équipes du CFEETK. Les décors sont vectorisés à l’aide du logiciel Adobe Illustrator. La seconde étape essentielle du travail se déroule in situ, devant les parois du monument afin de vérifier, corriger ou compléter les relevés précédemment réalisés. Malgré la qualité des orthophotographies numériques modernes, de nombreux détails ne peuvent être pleinement observés que directement sur la paroi avant d’être reportés sur les fac-similés. En effet, certaines parties des reliefs sont particulièrement abimées, près de 2700 années après la construction de cet imposant édifice. De même, suite à leur dégagement, les parties basses du kiosque sont particulièrement endommagées car elles ont été submergées lors d’inondations jusqu’à la construction du grand barrage d’Assouan. Un éclairage différent peut ainsi faire apparaître des détails du relief jusqu’alors insoupçonnés ou qu’on pensait trop érodés. Cette étape de vérification sur le terrain est répétée autant de fois que nécessaire afin d’élaborer les fac-similés les plus fidèles possibles à la décoration originale du kiosque.

Kiosque de Taharqa - porte nord
Scène d’union du Double-Pays sur le montant ouest de la porte nord du kiosque de Taharqa – dessin non définitif (photo © CNNRS-CFEETK/Nusair A., Quentinet C., Saubestre E. — dessin © W. Elnagar, Fl. Pirou)

Le travail de relevé de la porte principale occidentale du monument a permis d’apprécier les différences dans la décoration des soubassements représentant des processions de dieux Nil apportant des offrandes. Comme nous l’avions observé avec René Preys (UnNamur) et Martina Minas-Nerpel (Univ. Trier), en charge de l’étude de la décoration ptolémaïque du kiosque1, on peut noter deux, voire trois phases différentes de décoration successives sur cette seule porte. La plus ancienne date évidemment du règne de Taharqa (côté ouest) et une autre est contemporaine ou postérieure au remaniement architectural de cette porte (côté est)2. Un relevé précis de ces reliefs et leur étude permettront de préciser la chronologie.

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Un aperçu du travail épigraphique dans le kiosque de Taharqa à Karnak", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 11/04/2021, https://karnak25.hypotheses.org/67.
  1. Cette étude concerne en premier lieu les murets d’entrecolonnement ornés d’une procession géographique de Ptolémée IV Philopator. Le manuscrit est en cours de finalisation et sera publié aux presses de l’IFAO, coll. TravCFEETK. []
  2. Sur ce point, voir J. Lauffray, « La colonnade-propylée occidentale de Karnak dite « Kiosque de Taharqa » et ses abords. Rapport provisoire des fouilles de 1969 et commentaire architectural », Kêmi 20 (= Karnak 3), 1970, p. 114 et 151. Sur la décoration et la datation des travaux de la porte ouest, voir J. Hourdin, « The Kushite Kiosks of Karnak and Luxor: A Cross-over Study », dans E. Pischikova, J. Budka, K. Griffin (éd.), Thebes in the First Millennium BC: Art and Archaeology of the Kushite Period and Beyond, GHP Egyptology 27, Londres, 2018, p. 257-258. []

Publication : “Study of Kushite architectural programmes: the Taharqa’s columned porches at Thebes”

Fin 2020, la synthèse de mon étude consacrée aux colonnades propylées de Taharqa à Thèbes, réalisée au cours de mon doctorat, est parue dans les actes du CECE 8 (8th European Conference of Egyptologists, Lisbonne, 26 juin – 1er juillet 2017).

J. HOURDIN , « Study of Kushite architectural programmes: the Taharqa’s columned porches at Thebes », dans M.H. Trindade Lopes, J. Popielska-Grzybowska, J. Iwaszczuk, R.G. Gurgel Pereira (éds.), Ancient Egypt 2017, Perspectives of Research, Travaux de l’Institut des cultures méditerranéennes et orientales de l’Académie polonaise des sciences 6, 2020, p. 77-84.

Résumé (en anglais) :

This paper focuses on the study of the Taharqa’s columned porches built in front of Theban temples, in particular the colonnades of the Karnak eastern temple and Montu temple at North Karnak. The decoration of their intercolumnar screen walls can be decomposed mainly in two successive phases: the royal introductory rites following by the coronation rites. The decorative programme stages the crowning of the Kushite king within an accessible area of sacred precincts by people. It could be possible to see also the porches of Taharqa as a monumentalisation of the ancestral shrines of Upper and Lower Egypt.

Lien: https://karnak25.hypotheses.org/files/2021/01/HOURDIN-Ancient_Egypt_2017-first_page.pdf

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Publication : “Study of Kushite architectural programmes: the Taharqa’s columned porches at Thebes”", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 13/01/2021, https://karnak25.hypotheses.org/52.