Réassemblage virtuel de deux colonnes de Taharqa à Karnak

Dans le cadre du projet d’étude des colonnades kouchites à Karnak (soutenu par le CFEETK et le LabEx ARCHIMEDE1), le relevé photographique d’un ensemble de tambours de colonnes, en partie fragmentaires, a été réalisé en juin 2020 par Emilie Saubestre (CFEETK-CNRS)2. Ces blocs en grès furent découverts par Maurice Pillet dans la cour du 10e pylône en 1922 : “quelques tambours de colonnes qui gis[ai]ent renversés dans la partie ouest de la cour (…) port[ai]ent des figures d’Amon, d’Horus et d’un roi dont les cartouches [étaient] totalement effacés »3.

Relevé photographique des fragments de colonnes de Taharqa par E. Saubestre (© CNRS-CFEETK/J. Hourdin, juin 2020).

En dehors de quelques mentions ponctuelles et d’une étude préliminaire menée par Françoise Laroche-Traunecker entre 1978 et 19794, ces fragments de colonnes kouchites étaient restés inédits. Ils sont les derniers témoins d’un portique érigé probablement à proximité du temple de Khonsou à Karnak mais détruit de longue date. Les dieu Khonsou (et non Horus selon M. Pillet) et Amon-Rê sont représentés sur chacune des colonnes face à Taharqa dont l’identité est assurée par la lecture de quelques traces dans les cartouches martelés. Le relevé épigraphique de ces blocs et leur étude a fait l’objet d’un article qui sera prochainement publié dans un ouvrage édité par Abraham I. Fernandez Pichel5.

Voir la vidéo sur Nakala : https://nakala.fr/10.34847/nkl.b3d50q3c

Parallèlement, E. Saubestre, avec l’aide d’Abdulrhman Nusair, a poursuivi son travail et réalisé un modèle 3D de chacun des éléments photographiés6. Ces modélisations ont permis une reconstitution virtuelle des deux colonnes étudiées que nous avons souhaité partager sur cette plateforme (voir lien ci-dessus). Cette modélisation a pour but d’aider le travail de restauration de l’ensemble des blocs qui sera mené prochainement par le CFEETK. Ceci est une étape indispensable avant un projet d’anastylose des deux colonnes qui permettra de sauvegarder et de valoriser cet édifice de Taharqa à Karnak.

L'équipe du CFEETK pour le relevé photographique des colonnes de Taharqa à Karnak
E. Saubestre et l’équipe d’A. Abd el-Radi (© CNRS-CFEETK/J. Hourdin, juin 2020).

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Réassemblage virtuel de deux colonnes de Taharqa à Karnak", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 14/11/2021, https://karnak25.hypotheses.org/130.

  1. LabEx ARCHIMEDE, programme “Investir L’Avenir” ANR-11-LABX-0032-01. []
  2. E. Saubestre était également accompagnée par l’équipe du raïs Awad Abd El-Radi Mohamed. Je tiens à les remercier pour leur travail en ce mois de juin très chaud et pendant le contexte difficile de la pandémie mondiale de la Covid-19. []
  3. M. Pillet, “Rapport sur les travaux de Karnak (1922-1923)”, ASAE 23, p. 124. []
  4. Mes remerciements s’adressent également à Fr. Laroche-Traunecker pour l’ensemble de la documentation issue de ses travaux qu’elle a partagée avec le CFEETK. Concernant son étude sur les colonnes de la 25e dynastie à Karnak, voir Fr. Laroche-Traunecker, “Les colonnades éthiopiennes de Karnak : relevés inédits à partager”, Cahiers de Karnak 16, 2017, p. 289-295. []
  5. J. Hourdin, « Enquête sur des colonnes de Taharqa à Karnak » dans A.I. Fernández Pichel (éd.), Of Gods and Men. Research on Egyptian Temple from the New Kingdom to the Greco-Roman PeriodMonografías de Oriente Antiguo, Alcalá de Henares (à paraître). []
  6. Modèles réalisés à l’aide des logiciels Agisoft Metashape et Autodesk 3ds Max. []