Retour sur la première campagne de fouille de la colonnade orientale de Taharqa à Karnak (février-mars 2022)

Fouilles CFEETK/LabEx ARCHIMEDE — Colonnade orientale de Taharqa — Jérémy Hourdin
Fouilles CFEETK/LabEx ARCHIMEDE — Colonnade orientale de Taharqa — Jérémy Hourdin
Le parvis du temple oriental de Karnak et la colonnade de Taharqa (©CNRS-CFEETK/J. Hourdin).

Entre février et mars 2022, s’est déroulée la première campagne de fouilles de la colonnade orientale de Taharqa à Karnak (Opération 196 du CFEETK – OP196). Cette opération, qui s’inscrit dans le cadre du projet d’étude des colonnades kouchites à Karnak, bénéficie du soutien du CFEETK (MoTA/UAR 3172 du CNRS) ainsi que du LabEx ARCHIMEDE1. Cet édifice du principal pharaon de la 25e dynastie fut construit contre le pylône du temple oriental de Ramsès II, c’est-à-dire sur le parvis de ce sanctuaire fermé à l’est par la grande enceinte et la porte monumentale de Nectanébo Ier. Cette colonnade dite « propylée », formée par quatre rangées de cinq colonnes, est l’exemple le mieux conservé de ce type de construction caractéristique de la période kouchite. Les autres furent érigées à l’avant du temple de Khonsou à Karnak (presque entièrement détruite), devant le temple de Karnak-Nord (démantelée à l’époque ptolémaïque) et devant le temple de Mout à Karnak-Sud (fortement remanié sous les Ptolémées). La colonnade orientale constitue ainsi un cas d’étude intéressant dans un secteur archéologique qui est resté jusqu’à présent peu exploré. En outre, les murets d’entrecolonnement développent un programme décoratif axé sur la mise en scène du pouvoir de Taharqa, fils d’Amon, à travers le rituel de couronnement.

Initialement programmée en 2021 mais repoussée à cause de la pandémie, cette mission avait deux objectifs principaux. Nous souhaitions tout d’abord obtenir de premières informations archéologiques afin de mieux comprendre l’espace où se dresse l’édifice kouchite. De plus, nous voulions réunir de nouvelles données sur le processus de construction afin de répondre, entre autres, à la problématique de l’accessibilité du monument. Actuellement, les trois travées de la colonnade sont ouvertes vers l’est et l’extérieur, sans délimitation structurelle, alors que des portes sont attestées pour les parallèles des temples de Khonsou et de Karnak-Nord.

Pour répondre à ces objectifs, la mission de 2022 comprenait tout d’abord un volet archéologique. La fouille a été menée en collaboration avec Yasmine Bourhim (archéologue, LabEx ARCHIMEDE) qui a effectué deux sondages2 : le premier, immédiatement à l’est de la colonnade, contre les travées centrale et sud, et le second, plus limité, entre les colonnes 6 et 7. La fouille entreprise a tout d’abord apporté un ensemble intéressant de données concernant les occupations antérieures sur le parvis du temple oriental de Ramsès II. Malgré la présence voisine de ce sanctuaire et des témoignages épigraphiques contemporains déjà connus3, un fragment de statue en granodiorite constitue le seul élément découvert qui témoignerait de cette époque ramesside4. Outre des niveaux de la 18e dynastie, dont il conviendra de préciser la nature et le contexte, les travaux ont mis au jour une série de structures en briques crues qui, d’après les premières analyses céramologiques5, datent du tout début du Moyen Empire. Enfin, les deux sondages ont permis d’examiner plus précisément les fondations des colonnes 6 et 7 de l’édifice kouchite qui s’avèrent être distinctes l’une de l’autre. L’ensemble des données devront être confrontées et complétées lors des prochaines campagnes de fouilles, à partir de 2023.

Le second volet de la mission concernait la documentation des blocs épars provenant de la colonnade et conservés à proximité. Il s’agit essentiellement de fragments des parties supérieures des colonnes de Taharqa, avec notamment un très grand nombre d’éléments appartenant aux chapiteaux. En effet, seules deux colonnes complètes se dressent encore dans le monument après leur reconstruction par Henri Chevrier en 19526. Les parties inférieures des 18 autres sont quant à elles encore en place. On signalera tout de même un nouveau fragment appartenant à un muret d’entrecolonnement jointif avec un bloc épars déjà publié par Jean Leclant en 19537. L’ensemble de cette documentation sera intégré dans une nouvelle publication de la colonnade propylée de Taharqa qui complétera celle précédemment proposée par J. Leclant. Elle intégrera une couverture photographique complète des murets et des colonnes, ainsi que de l’ensemble des blocs épars.

La première campagne de fouilles menée sur le parvis du temple oriental de Karnak a ainsi confirmé le potentiel archéologique de cette zone. Actuellement, si aucune nouvelle donnée ne nous a renseigné sur la question de l’accessibilité et de la fermeture de la colonnade de Taharqa, les travaux ont mis en lumière certains éléments concernant le processus même de construction de l’édifice. Enfin, l’identification de structures du Moyen Empire amène à aborder une nouvelle problématique concernant l’évolution de l’occupation de cet espace destiné à devenir l’extension orientale du domaine d’Amon, au moins à partir du Nouvel Empire. Si cette question ne concerne pas directement les études sur la 25e dynastie que je mène à Karnak, elle sera intégrée aux perspectives de recherche du CFEETK qui fouille actuellement un secteur « artisanal » plus au sud daté de la même période (OP189).

Fouilles CFEETK/LabEx ARCHIMEDE — Colonnade orientale de Taharqa — ©Eugénie Poquet
L’équipe de la saison 2022 (©Eugénie Poquet).

Citer cet article : Jérémy Hourdin, "Retour sur la première campagne de fouille de la colonnade orientale de Taharqa à Karnak (février-mars 2022)", dans Karnak, un domaine kouchite en Égypte, 06/06/2022, https://karnak25.hypotheses.org/169.

  1. Ce travail a bénéficié du soutien du LabEx ARCHIMEDE au titre du programme “Investir L’Avenir” ANR-11-LABX-0032-01 (https://archimede.cnrs.fr/index.php). []
  2. L’équipe archéologique était composée de huit ouvriers dirigés par le raïs Awad Abd el-Radi ; Hildegarde Lipatz (stagiaire CFEETK/LabEx ARCHIMEDE – Univ Paris IV Sorbonne) ; Abd El-Ghany Ahmed Mohamed Ebeid et Karima Gamal Mordada (inspecteurs du MoTA). Mes remerciements vont également à l’ensemble des membres du CFEETK ayant apporté leur aide à ce chantier. []
  3. Pour le temple oriental de Ramsès II et les travaux du grand-prêtre Bakenkhonsou, voir notamment L. Gallet, « Karnak, the Temple of Amun-Ra-Who-Hears-Prayers », dans W. Wendrich (éd.), UCLA Encyclopedia of Egyptology, Los Angeles, 2013, p. 1-13 []
  4. Ce fragment d’une base de statue fera l’objet d’une publication dans un rapport ultérieur. []
  5. L’étude a été réalisée par Sylvie Marchand (IFAO-CFEETK), avec le soutien de Florie Pirou (CNRS-CFEETK). Le matériel céramologique lié à ces structures est ainsi daté de la fin 11e dynastie (notamment US196020). []
  6. H. Chevrier, « Rapport sur les travaux de Karnak, 1951-1952 », ASAE 52, 1952, p. 237-240, pl. VI, IX. []
  7. Cf. J. Leclant, « La colonnade éthiopienne à l’Est de la grande enceinte d’Amon à Karnak », BIFAO 53, 1953, p. 113-172. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search